Finance

Les paradis fiscaux

Vous avez déjà dû entendre le terme de paradis fiscal sans en connaître réellement le sens. En fait, un paradis fiscal est un pays ou un territoire où la fiscalité est réduite ou parfois même nulle, c’est-à-dire que les impôts sont inexistants ou avec un taux très bas. Dans les paradis fiscaux, il y a aussi un manque de transparence par rapport aux transactions financières et les lois en vigueur empêchent les échanges d’informations avec d’autres administrations. Ces territoires tolèrent également les sociétés-écran avec une activité fictive ou sociétés offshores.

L’OCDE ou Organisation de Coopération et de Développement Economique a classé les paradis fiscaux en trois listes qui sont : la liste noire, comprenant les pays non-coopératifs avec un nombre de partenaires inférieur à 12 ; la liste grise, constituée de ceux qui prétendent coopérer mais sont lents dans leurs actions ; et la liste blanche avec les pays où aucun problème n’est à signaler. D’après une étude menée par l’ONG Tax Justice Network, parmi les plus grands paradis fiscaux au monde il y a : La Suisse, Le Luxembourg, Hong Kong, les Iles Caïmans, Singapour, Les Etats-Unis, L’Allemagne ou encore le Japon.

D’après le Fonds Monétaire International, la part des transactions internationales transitant par les paradis fiscaux serait de 50% par rapport au total mondial, ce qui est vraiment conséquent. Les impacts négatifs de l’existence de ces territoires sont pourtant nombreux, pour ne citer que l’augmentation des nombres de cas d’évasion fiscale et le blanchiment d’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *